La kinésiologie pour comprendre nos émotions

Grandes joies et périodes de stress, colère et bonheur intense… Dans le tumulte de votre vie bien remplie, vous arrive-t-il de vous sentir envahie par vos émotions, de perdre le contrôle, de vous laisser submerger ? Si oui, je tiens alors à vous rassurer… c’est le cas de la plupart d’entre nous !

Mais si ces montagnes russes ont tendance à vous fatiguer physiquement et à vous désarmer au quotidien, la kinésiologie s’avère être une alliée de choix pour vous recentrer et vous équilibrer le corps et l’esprit.

Avec Laure, kinésiologue certifiée, nous allons plonger dans cet univers fascinant, celui de nos émotions. Après des années consacrées aux ressources humaines, cette maman de trois enfants a décidé de se donner de nouveaux horizons professionnels. « J’ai aimé mon travail dans les ressources humaines, mais je ressentais le besoin de m’engager dans quelque chose de plus holistique, quelque chose qui touche à la fois l’esprit et le corps », explique Laure.

La kinésiologie en action : une approche globale du bien-être

En kinésiologie, on considère le corps dans son ensemble. Au lieu de se concentrer uniquement sur une partie du corps ou une blessure spécifique, on examine comment tous les systèmes du corps interagissent et influencent le mouvement et la santé générale. « C’est une approche globale qui considère l’être humain dans sa totalité. Elle utilise des outils comme le test musculaire pour identifier les déséquilibres émotionnels et énergétiques et les corriger. »

La kinésiologie repose donc sur l’idée que le corps et l’esprit sont interconnectés. Les émotions peuvent influencer le corps et vice versa. Par exemple, le stress émotionnel peut causer des tensions musculaires, des douleurs et des problèmes posturaux.

Les femmes, particulièrement entre 30 et 45 ans, sont souvent confrontées à des défis émotionnels complexes. Laure observe que beaucoup de ses clientes sont des femmes qui se sentent déconnectées de leurs propres besoins après avoir pris soin des autres. « Les femmes de cette tranche d’âge sont souvent à la recherche d’un sens plus profond dans leur vie. Elles ont souvent besoin de réapprendre à écouter leur propre voix intérieure. »

Le poids du passé et de notre éducation

« Arrête de pleurer »… qui n’a jamais entendu cette phrase au moins une fois dans son enfance. Et pour cause, exprimer ses émotions n’est pas toujours bien vu, surtout pour les générations de nos parents ou grands-parents.

« Nous avons grandi avec l’idée que les émotions devaient être cachées pour éviter les conflits ». Ne pleure pas, ne crie pas, ne fais pas de vague… « C’est vrai que notre héritage, notre éducation ne nous a pas forcément appris à écouter nos émotions. Nos parents eux-mêmes n’ont pas appris à les écouter », constate la spécialiste. Mais aujourd’hui, la tendance semble doucement s’inverser., « Nous réalisons que les émotions sont des signaux importants qui méritent d’être reconnus et exprimés » explique Laure.

Et pour cause, refouler ses émotions peut avoir des conséquences graves sur la santé mentale et physique. « Enfouir ses émotions crée un stress chronique qui peut se manifester sous forme de maladies physiques ou de troubles mentaux. C’est essentiel de trouver des moyens sains de les exprimer. »

Comprendre ses émotions pour mieux les accepter : les astuces de Laure

Dans un premier temps, notre experte souligne l’importance de nommer les émotions qui nous traversent. Car oui, « l’émotion nous traverse bien, elle ne nous définie pas. Elle passe comme un nuage le ferait au-dessus de notre tête ».  Une image qui nous rappelle qu’une émotion n’est que passagère.  « Je me sens en colère / triste / dégoutée /honteuse / j’ai peur … , je prends conscience de cette émotion, et déjà je me sens un peu mieux » complète la spécialiste.

Si pour certaines d’entre nous, elles sont un fardeau, les émotions sont également très utiles dans notre vie quotidienne. « Il faut surtout avoir en tête que l’émotion nous permet de réagir face à une situation, elle est utile ! Elle nous motive, elle nous pousse à agir, elle nous protège, elle nous permet de guérir face à une épreuve, elle nous fait comprendre qui nous sommes… », confirme Laure

Identifier et nommer ses émotions est la première étape. « Ensuite, il faut absolument trouver des activités qui vous permettent de les exprimer de manière saine, que ce soit par l’écriture, la méditation ou simplement en parlant à un ami », conseille la kinésiologue. Alors à vous de jouer pour intégrer ces quelques moments de tête à tête avec vous-même dans votre routine du quotidien.

L’équilibre est la clé…

Laure met néanmoins en garde contre l’extrême inverse : laisser trop de place à nos émotions. « Se laisser submerger par ses émotions peut être tout aussi néfaste. C’est pourquoi il est important de trouver un équilibre et, si nécessaire, de chercher de l’aide professionnelle pour naviguer à travers ces défis émotionnels ».

Attention néanmoins de ne pas aller voir n’importe qui : « Différentes pratiques existent, à vous de trouver ce qui vous convient. Mais attention aux faiseurs de miracle, aux charlatans du bien-être. Orientez-vous vers un professionnel. Travailler sur soi est un travail parfois difficile, plus ou moins long, mais qui vaut tellement le coup ! »

Merci à Laure Graire pour ses conseils et son expertise. Vous la retrouvez sur son site Internet et sur Instagram

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *