Angèle : l’art et la nature

Ma rencontre avec Angèle fait partie des petites pépites de cette belle aventure Colette s’apprête. La découverte d’une personnalité douce et solaire qui me touche, d’une femme d’action moderne et connectée à la nature, au service de notre histoire commune et donc… de notre avenir à tous.

Hello Angèle. Peux-tu te présenter s’il te plaît ?

Bonjour à tous. Je m’appelle Angèle, j’ai 36 ans et j’habite près de Versailles. Je suis célibataire, sans enfants. J’ai beau embrasser plein de grenouilles, aucune ne se change en prince charmant ! Je suis paysagiste-concepteur, ce qui est l’équivalent d’un architecte pour les espaces extérieurs et je travaille plutôt sur les jardins historiques. C’est un privilège incroyable d’avoir la chance de passer une bonne partie de mon temps à m’y promener !

Je t’avoue que ton métier me fait rêver. Tu nous en dis plus ?

Une aquarelle réalisée par Angèle

C’est vrai, mon travail est formidable. Au quotidien, je restaure des jardins historiques. Même si c’est assez difficile parfois, je savoure ma chance de pouvoir visiter des endroits fabuleux et de contribuer à leur conservation et à leur avenir. J’aime la nature mais aussi ce que les hommes en ont fait parfois. Comment on a su sublimer des feuillages, des paysages, des lumières.

C’est aussi un moyen pour moi de transmettre une philosophie de vie propre au monde des jardins et de la nature, à mes étudiants. Savoir regarder, prendre le temps, concevoir des espaces et des lieux qui vont respecter le patrimoine tout en créant des émotions. C’est assez prenant, il faut être multitâche, et on ne fait clairement pas des horaires fixes. S’il faut finir un projet pour une date butoir, il faut y aller et y passer le week-end !

Il doit t’arriver de voyager dans le cadre de ton travail.

Oui, je pars à Venise le mois prochain, puis Florence. Quand je vous dis que mon travail est chouette !

Et « hors boulot », tu nous raconte ton plus beau souvenir de voyage ?

C’est une question difficile ! Mon plus grand choc culturel, ça a été la Syrie. C’est un monde totalement différent du notre. La langue, évidemment, mais aussi le mode de vie, les souks, le regard sur l’occident… J’espère qu’il sera possible d’y retourner un jour. La grande Mosquée de Damas, le Krack des Chevalier ou Palmyre, malheureusement très abîmée, sont des lieux époustouflants.

Et tes passions sont aussi liées à la nature ?

Un coquelicot croqué par Angèle
Un coquelicot croqué par Angèle

Oui pour certaines. Je fais de l’aquarelle… quand je trouve le temps. J’aimerais vraiment peindre davantage, c’est vrai, mais j’arrive à m’accorder de plus en plus de ces moments qui sont nécessaires à mon équilibre.

J’aime aussi m’occuper de mes plantes vertes et le jardinage plus généralement. Et puis la danse ! Je me relance cette année, en style burlesque, ça va être fantastique. Ces parenthèses sont des bouffées d’oxygène, de la détente intellectuelle et du coup, de la confiance en moi.

Et si on parlait beauté. Tu m’as confié que tu as longtemps tenu un blog sur le sujet.

C’est vrai. J’ai eu un blog beauté un moment, pour essayer d’être jolie, et pour donner un sens à cet aspect de ma personnalité que je trouvais alors hyper superficiel. Ce qui évidemment, avec le recul, est absurde. Il n’y a aucune honte à aimer se faire belle.

Tu nous confie un de tes secrets ?

Sans aucun doute, le bicarbonate de sodium en guise de déodorant. Ça a changé ma vie. Idéalement, il en faut du fin pour usage cosmétique. J’en saupoudre dans le creux de la main, je passe et tapote sur l’aisselle . On enlève le surplus, et voilà, aucune odeur de la journée, même en cas de canicule, de métro, de vêtements synthétiques. C’est incroyable.

Et si on parlait look, on trouve quoi dans ta garde-robe ?

Ma tenue chouchoute serait une robe « qui tourne » avec un beau décolleté, une taille marquée dans laquelle je me sens époustouflante. Et les beaux talons. Ils me donnent une confiance en moi folle, de jour… et en soirée. J’ai d’ailleurs, je crois, souvent l’air prête à sortir. On ne sait jamais, le prince charmant pourrait être à l’arrêt de bus !

« J’aimerais vraiment peindre davantage c’est vrai, mais j’arrive à m’accorder de plus en plus de ces moments qui sont nécessaires à mon équilibre ».

Tu portes beaucoup de couleurs ?

Oui, j’aime bleu, le vert, le doré. Elles me rappellent la nature et ses merveilles . Comme un plumage fabuleux.

 Et les bijoux, ils font partie de tes looks ?

Oui, tous les jours, surtout des boucles d’oreilles ! J’aime beaucoup les créations d’artistes et d’artisans qui ne sont pas ordinaires et qui réveillent une tenue. En ce moment, je porte beaucoup mes boucles Radieuses Séville de Colette s’apprête, où les perles dorées encadrent un cabochon de malachite. Elles donnent une touche de chic et de flamboyance à mes tenues !

 

 

 

 

Si tu étais…

-Une saison : l’automne pour ses contrastes

-Une princesse Disney : Raiponce

-Une chanson : « Tell Him » de Barbra Streisand et Céline Dion

-Un film : J’hésite entre l’épisode V de Star Wars ou Orgueil et préjugés !

-Un dessert : un Ispahan

-Une ville : quelque chose de très vert, mais en fait, les villes c’est trop agité pour moi.

-Une émotion : l’émerveillement

 

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bienvenue sur le blog de Colette !

Toutes les dernières nouvelles inspirantes et pleines de bonne humeur, des nouveautés et des promotions exclusives toute l'année... pour ne rien manquer, abonnez-vous à la newsletter de Colette s'apprête. Je suis ravie de partager un petit bout de mon univers et de mon travail avec vous. Jeanne

.

%d blogueurs aiment cette page :